mardi 1 janvier 2019

Nounours' Boys / voeux et résolutions


Salut les Nours' !

Le passage à l’an nouveau génère traditionnellement toute une série de bons vœux et bonnes résolutions. Le premier jour de l’année est en quelque sorte sacré : il marque notre destin pour toute l’année à venir … On souffle notre amour, sans illusion : « bonne année, bonne santé et la goutte au nez toute l’année ! ». Pour autant, au coucher de l’année écoulée, on ne sait jamais si ces bonnes intentions se sont vraiment réalisées : il faudrait apprendre à garder tous ces mots du cœur…

Plusieurs rituels pour ce faire. Si certains, à l’âme d’enfant, vont frotter le flanc d’une lampe magique, d’autres, plus pieux, vont allumer un cierge comme une étincelle pour éclairer le ciel, ou d’autres encore, très superstitieux, vont s’embrasser sous le gui… Chacun a ses codes et ses rites immuables. Embrassades et cotillons déguisent nos envies de purification cherchant à attirer les meilleurs auspices et à fuir les mauvais esprits.


-     2018, l’année maudite pour nos faillites personnelles ;
-     2018, l’année aphrodite pour notre descendance et les nouvelles naissances ;
-     2018, l’année fortuite pour les paroles gratuites ;
-     2018, l’année bite pour limiter le nombre des caractères de nos tweets…

L’année 2018, est morte, vive l’an 2019 !
-     2019 : l’an où on repart à neuf ?
-     2019 : qui jouera en n°9 ?
-     2019 : où ferons-nous la teuf ?
-     2019 : retour des guitares pour un p’tit bœuf ?

Toutes ces questions, tous ces mystères qui nous aident à lutter contre le temps. Mes mots  coulent, mes mots roulent, mes mots disent mon avis sur le bonheur comme si le fait d’écrire témoigne d’un geste de civilité et d’amitié envers vous. Alors, promettons-nous amour, joie, essais pimpants, victoires somptueuses, rugby d’allégresse … et santé ! L’Assemblée Générale nous dira si on a été au rendez-vous, si Eric est notre Hugo Mola, si David est notre Pierre Mignoni ?

Oui, tous les ans, c’est le même engagement, le même défi. Le Prez nous a adressé ses vœux avec une playmate à moitié dénudée … Que promet cette photo ? A bien s’interroger et à mieux y regarder, JLLC a, lui aussi, formulé 3 vœux :
-          un vœu d’espoir par un message sincère : « tout ce que vous voulez, mais en mieux ! »
-          un vœu de dignité par un rectangle noir censurant la poitrine bodysculptée ;
-          un vœu de vérité par un sourire, un espoir : Tout Peut ! Rien Doit … Sauf le Respect !

Promis, juré : tenons-les !

Biz - @+  JYB/Knar

dimanche 30 décembre 2018

Nounours' Boys / contine de Noël !


contine de Noël !



Cette année, le Père Noël, sera en jaune ou ne sera pas : drôle de temps modernes !



Pour la seconde fois, je m’y étais résolu, il n’y aura pas de conte de Noël de ma composition après vous en avoir imaginé 5 ans durant ; pour les nostalgiques ou les nouveaux arrivés, je vous invite à aller consulter les messages de décembre du blog, de 2012 à 2016 … Pourquoi 5 ? Parce-que, comme au rugby, tout commence devant, unis comme les cinq doigts de la main …



Pas de conte de Noël, mais mon épisode hémato est une belle histoire en somme ! Vous le savez, le mot sang est désormais chez moi, omnipré-sang : sang pour sang, l’un sang l’autre, etc. Mais, au-delà de mon cas personnel, j’ai appris que le mot « famille » n’était un vain mot chez les Nounours’ Boys : des doyens aux plus jeunes, tous ont tissé un lien comme les flocons font la neige !

Les temps changent et les NNB évoluent, au rythme des nuages dans le ciel. 
Petit à petit, la 5ème génération des Nounours’ Boys prend son rugby en main… Des scores étriqués certes, mais un unisson bien large : des échanges aussi prolixes que volubiles, des dialogues brillants et grossiers, des allusions culturelles et des calembours savoureux, émanant de gamins débrouillards ou de doyens dignitaires corporatistes du sacré cœur. Ursidés éthyliques, grands amateurs de bière, pragmatiques à souhait, plein de ressources inattendues, les Nounours’ Boys n’ont pas d’âge … comme les anges !

Le club évolue et s’organise … Les réseaux sociaux (blog et Facebook) ont remplacé le stylo et le timbre. La playmate du mois d’août a glissé au mois de décembre. Les recettes de cuisine se standardisent à une époque où les émissions culinaires pullulent à la télévision. Le « Talent du Match » est devenu « Talon d’Or » comme si Achille avait un point faible … Les confrontations à toucher, à cinq, se développent comme le rugby à VII chez les professionnels et on peut s’y blesser en aplatissant un essai (Fragil sort de ce corps).

Les Nounours’ Boys, c’est l’histoire de gamins sur un pré, entouré de ses dirigeants (des Rois Mages, un âne et une vache) et encouragé par les jérémiades de santons, chaque année de plus en plus nombreux, souhaitant faire revivre la scène, comme un acte d’éternité. 
Tout Peut ! Rien Doit … Sauf le Respect !

Effectivement, c’est Noël …



Biz - @+  JYB/Knar - le 30.12.2018

mercredi 5 décembre 2018

Nounours' Boys / quand sonne le g…as !


Salut les Nours' !




Vous le savez, je n’aime pas le mois de novembre !

Cette année, ce sentiment est de nouveau glabre et glauque …




Le 11 novembre 1918, le jour où l’Histoire de France s’est arrêtée ! Ce jour-là, dans toute la France, les cloches sonnaient le tocsin de la fin de la Première Guerre Mondiale, scellée ce jour-là par la signature de l’armistice dans un wagon devenu célèbre, à Rethondes. La voiture n° 2419-D de la Compagnie des Wagons-Lits, a été réquisitionnée par le Maréchal Foch, également présent dans la clairière de la forêt compiégnoise, a servi de Grand Quartier Général du Commandant allié du front de l'Ouest : « les Mystères de l’Ouest » ! La fin du wagon de l'armistice ne fut pas à la hauteur des événements dont il a été le témoin … Brûlé par les SS, il est fut remplacé par un frère jumeau, comme le masque de fer. L’histoire se répète en ce mois de novembre : on brule à tout va, faisant oublier qu’un siècle plus tôt, des hommes et des femmes ont péri et souffert pour notre liberté.




Dérisoire itinérance mémorielle ! Cette ballade de ce centenaire nous a promené de village en village, au pied d’innombrables monuments aux morts : 4 obus placés aux coins cardinaux, reliés par les maillons de grosses chaines, entourant une stèle commémorative avec la liste des aïeux poilus, comme une archive inédite …  les morts ne seront morts que lorsque les vivants les auront oubliés !




Les Nounours ont lancé leur nouvelle saison par une victoire par défaut : les Archi nous ont négligé … ils ont fait des tous petits ronds, le tour d’eux-mêmes et s’en sont allés en avant ! On recommence avec Cestas, nos frères de proximité : on a envoyé les gros et on a serré le jeu. A ce petit jeu qui n’alla pas au-delà du 10, Franck GUEUX s’est illustré par sa passe intérieure vers les tout gras … victoire étriquée 1-0, digne de ce mois de novembre



Quand sonne le gras !

Le nouveau trophée en bois est attribué par l’Académie frigorifiée. « Talent du Match », cette récompense représente les illustres figures des NNB : un Nounours, coiffé d’un béret rouge, tenant un verre Duvel dans une main et serrant dans l’autre un canard célèbre pour sa plume … Le trophée est désormais remis à titre symbolique, lors d'un discours officiel par un membre éminent de l’Académie. L'élévation au rang de héros de l’élu d’un soir, est marquée aussi par un élément festif supplémentaire : une tournée de bières !





Biz - @+  JYB/Knar - le 30.11.2018


jeudi 25 octobre 2018

Nounours' Boys / merci Charlie !


Salut les Nours' !



Après Paris au mois d’août, nos cocktails d’un été ont été balayés par les embruns de septembre : il s’en passe toujours de belles lors des parrainages et désormais l’édition 2018 fera partie des pépites formidables, en n’échappant pas à la tradition ! Le décor était familier et propice à quelques incartades. Palais de nos chimères, le Tennis-Club House de Claouey nous accueillait de nouveau … La Présidente en chef tenait son poste au péage : trousse-chemises et vide-poches, la Mama encaissa écots et cotisations …



Plaisirs démodés en guise d’apéro : embrassades, bière, musique, blagues en tous genres, photos au creux de mon épaule … ça fleurait bon la camaraderie et l’esprit NNB, comme ils disent !



Au milieu du repas, l’affiche proposait 7 parrainages : viens voir les comédiens :

       *       Olivier BOURNET nous a fait part de sa grande connaissance de l’ASM : nombre de finales perdues, budget du club, pollution au caoutchouc, etc., etc., etc., … Fernand Raynaud s’en est retourné dans sa tombe tellement c’était drôle !

       *       Puis, Paulot nous a fait le tour de force de parrainer 3 oursons. D’abord, il nous a fait l’apologie de la particule nobiliaire en parrainant Manu, rejoignant ainsi le groupe des nounours à particule composée du Marquis (Pierre de Lédinghen), du Comte (Paul de Laforcade), sans oublier la Baronne Noire (Isabelle Bessey de Boissy) … Dans le triumvirat, on retrouvait aussi Louis-Marie (dont le prénom laissait à penser qu’il puisse appartenir à la confrérie des particules) et l’Irlandais Damien O’ Bourrikey qui n’a aucune particularité si ce n’est d’être blond vénitien (que c’est triste, Venise). Cette troïka finit dans un jeu digne des jolies colonies de vacances où toi et moi ne sommes jamais allés !

       *       Julien Van Hove : il faut savoir que Julien est issu du plat pays … pessacais, juste à côté de la piscine !

       *       Sylvain venu jusqu’à nous par le Cap’tain : sur ma vie, l’intronisation fut terrible !

       *       Qui suis-je ?  Top : Matthieu chercha enfin toute la soirée à quel poste il aimerait jouer … 15 Questions pour un Champion, il aura finalement choisi le poste de n°15 qui lui valut le trophée « Talent du Match NNB », 15 jours plus tard. Voici sa définition ci-après :

o   J’aime la solitude et les ballades aux bords du terrain

o   J’ai longtemps hésité entre un diplôme d’ermite confirmé et une formation pour devenir jardinier dans l’armée de l’air

o   Je suis souvent le beau gosse et je me recoiffe après chaque action

o   Je relance tous les ballons et je n’ai jamais déblayé de ma vie

o   Je suis le dernier rempart avant la ligne d’en-but et donc celui que l’on remarque le plus lorsqu’il se troue lamentablement sur un plaquage.



La cérémonie s’éternisa tard dans la nuit et c’est là que mes emmerdes ont commencé, à la recherche d’un bungalow n° 568 qui avait son sosie dans l’autre camping : je sais, c’est moche : tu t’laisses aller, Knar ! Nuit d’errance et de bohême : viens voir les bohémiens avec leurs sacs à la main, comme 2 guitares encombrantes ! Et pourtant, je connaissais bien les lieux : hier encore, je m’y promenais … La prochaine fois, ne me laissez pas seul : emmenez-moi !



Le reste du week-end ne fut que péripéties racontées par des médisants et des vils courtisans. Ne les croyez pas ! Salut Charlie …




Biz - @+  JYB/Knar - le 11.10.2018

mardi 11 septembre 2018

Nounours' Boys / le mois d’août !

Salut les Nours' !



En 8 av. J.-C., l'empereur romain Auguste décida d'ajouter un jour au mois d’Août, qui porte son nom, pour en avoir 31, soit autant que le mois de Juillet, qui lui était appelé ainsi en l'honneur de Jules César. Si, jusqu’à présent, vous aviez en tête la célèbre tirade du calendrier avec playmate : « en août, y’a pas rugby ! », désormais on peut dire : « en août, y’a challenge ! ».

L’an passé, le challenge avait fait la part belle aux sportifs et, à ce jeu, Régis avait tracé sa route qu’il, comme David Vincent des Envahisseurs, ne retrouva jamais … Cette année le Prez, après avoir pensé aux ambiances festayres, à faire tourner les foulards, a finalement lancé le challenge cocktails … « Je propose un challenge simple : le cocktail apéro le plus beau … Alors, vous tous, à vos préparations les plus folles et les plus esthétiques : la couleur, le verre et le goût, prépa maison ou par un pro … Tout est permis ! Beb et Marco Torres font le jury. »

Buvons un coup, mon ami, buvons-en deux … à la santé des amoureux !

Bingo ! C’était le secret des ambiances réussies … On avait quitté l’air des bandas pour un petit verre de Ricard avec paille et zestes d’orange ou citron. Pas de cocktails sans mojito ou spritz : on en a vu défiler des verres colorés avec ou sans alcool ! 68 parutions pour 288 commentaires et 1.300 vues.

On a tout vu… On a tout eu ! Des bouteilles de bière, des verres de vin vides devant des barriques pleines … Des tranches de saucisson, des tapas divers. Certains ont même tenté de nous attendrir avec la photo de leur enfant ou avec un bec de leur dulcinée. D’autres ont même affiché leur coming out … On a traversé la France et les 4 coins du Monde.

Je savais que Max pouvait être une menace, mais c’est le vainqueur mérité car il a produit 21 photos de cocktails en tout genre … Régis a fini deuxième et j’ai complété le podium après avoir tout essayé. J’ai hâte de connaitre le challenge de l’an prochain !

Mais, entre-temps, il y aura eu une saison de rugby qu’il faudra prendre au sérieux car le mois d’août est fini !

Biz - @+  JYB/Knar